Ici sont réunis des commentaires et analyses écrits après mon retour

Ce que je n’ai pas dit – Qu’est ce que la méditation ?

Qu’est ce que la méditation

Sachant qu’il en existe de nombreuses sortes (bouddhistes ou non), je devrais dire « Que sont les méditations » ?

Voilà une grande question qui a fait l’objet d’un nombre incalculable d’études, d’essais et de guides en tout genre. Mon intention n’est pas d’en faire la somme ou la synthèse, mais plutôt de développer une réflexion enrichie de mon expérience personnelle et des questions qu’elle soulève. Ces dernières années orientées vers l’étude et la pratique du bouddhisme theravada, et mes 7 semaines passées en Birmanie ont profondément nourries ma pensée et mon regard. Et ces quelques notes ont pour but de laisser ma pensée se délier et se confronter ; c’est une étude des contours de mon intuition pour laisser, peut être, apparaitre un sens indicible.

lire la suite …

Publié dans Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – Qui est donc ce fameux Moi?

Qui est donc ce fameux Moi, ce fameux Je.  La philosophie, la psychiatrie et la psychanalyse, ont développé une connaissance précise de ce « Moi » et je ne prétends pas ici en faire la synthèse mais plutôt mettre en avant les réflexions soulevées par ce que j’ai moi-même pu constater.

La méditation, en cultivant le calme et une attention ouverte permet l’observation de tous les phénomènes physiques et mentaux qui participent à la construction de la notion d’individualité, et de mieux saisir leur réalité, comme leurs interactions.

Cette observation révèle que la notion d’individu, celle qui donne le sentiment du «  Moi » se construit autour de 3 processus principaux : l’identification «ceci est Moi », l’appropriation « ceci est à Moi » et la conceptualisation « ceci est mon Moi ». Ce Moi s’élabore selon ces processus interactifs et selon leurs mouvements, nous sommes alors bien loin de notre certitude d’être une entité figée et solide : il y a une dynamique du Moi plutôt qu’une substance en son cœur.

lire la suite …

Publié dans Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – Qu’observe t’on pendant la méditation ?

La méditation cherche à examiner les causes et les phénomènes qui nous permettent de dire « ceci est Moi », « ceci est mon Moi », « ceci est à Moi » afin de montrer de quelle manière se joue et se construit le Moi.

Elle a comme objectif principal de révéler les erreurs de compréhension, de lever les voiles de notre ignorance et les souffrances qu’ils engendrent. Car il ne fait aucun doute que l’esprit ne rend pas compte fidèlement des caractéristiques de la réalité, nous plongeant parfois dans des impasses douloureuses. La connaissance née de l’observation devient donc la seul clef pour échapper aux souffrances de l’ignorance.

C’est pour cette unique raison que l’observation justifie de déployer autant d’efforts pour comprendre le lieu autour duquel tout s’articule, le lieu de toutes les souffrances : le Moi.

lire la suite …

Publié dans Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – Culture philosophique et effet méditatif

L’observation du réel montre que toutes les choses – les étoiles comme les fleurs- sont impermanentes, changeantes. Reconnaître que la substance de toutes les choses est en perpétuelle changement c’est affirmer qu’aucune n’a de substance propre et permanente et par conséquent qu’aucune n’a d’identité propre. Si les choses n’ont pas d’identité propre, comment pourrait-on les saisir et surtout comment pourrait-on agir dans le monde ? Quelle essence pourrait-on saisir pour dire «  cette fleur existe », ou « donne-moi cette fleur » ? Comment pourrait-on dire « je suis ceci » ?

L’esprit nous rapporte une interprétation du monde, variant selon les conditions. On peut alors se demander si cette représentation est proche de la réalité, si l’esprit est un moyen valide de connaissance du réel. Mais si l’esprit est notre prison, si l’illusion est la règle, l’Homme, cet animal muni des sens et de la raison, peut-il savoir ? L’Homme a-t-il la capacité de savoir ?

lire la suite …

Publié dans Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – L’observation, clef de la libération

La méditation n’est pas une démarche intellectuelle car elle propose d’observer les phénomènes de l’esprit sans les juger et ni les qualifier afin de les laisser dévoiler leur propre nature. Elle ne développe pas une connaissance intellectuelle ni un nouvel ordre du penser, mais plutôt une connaissance intuitive qui se vérifie par et dans l’expérience.

La méditation propose un abord phénoménologique, c’est-à-dire qu’elle choisit pour référence uniquement les phénomènes pouvant être observé directement, évitant toute représentation inaccessible à l’expérience, c’est une « intelligence pratique» plutôt que théorique.

lire la suite …

Publié dans A la Une, Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – Les limites d’un savoir

Le savoir, la connaissance c’est la capacité à organiser les expériences sensibles.

Nos facultés sensorielles sont  continuellement soumises à des stimuli extérieurs. Chaque vibration sonore, chaque forme visible, chaque objet tangible, chaque odeur viennent frapper à la porte de nos sens générant ainsi autant d’informations qu’il y a de stimulus différents. Mais nous ne prenons conscience que d’une infime fraction de ces informations, nous opérons une sélection sévère selon notre degré de vigilance, mais également selon notre état d’esprit.

lire la suite …

Publié dans A la Une, Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire

Ce que je n’ai pas dit – La fin des confusions

La méditation vient explorer les liens entre le concept et la réalité jusqu’à « séparer » ce qui appartient au domaine du penser de ce qui appartient au domaine du réel. La différence entre la réalité et l’idée de la réalité apparaît alors clairement, et cette simple distinction offre une nouvelle compréhension de soi, des autres et du monde.

La méditation offre une connaissance nouvelle grâce au développement de cette capacité à distinguer, et à l’ l’inverse, l’ignorance nait de l’absence de clairvoyance. Je ne suis alors plus prisonnier des représentations de mon esprit, mon regard peut dépasser ses limites – les limites du penser- et j’ai l’impression de pouvoir observer un monde encore plus vaste.

Je me rends compte à quel point il est difficile de distinguer l’illusion de la réalité, et plus généralement de distinguer le conceptuel du concret : Quand nous agissons, savons nous toujours si nos choix s’inspirent de la réalité ou du rêve éveillé et égocentré dans lequel nous vivons ?

lire la suite …

Publié dans A la Une, Ce que je n'ai pas dit | 6 commentaires

Ce que je n’ai pas dit – Epilogue

Comme je l’ai déjà dit, l’observation montre que toutes les choses ont un caractère impermanent et changeant, qu’elles sont dépourvues d’une essence stable et immuable. Mais si je souligne les paradoxes entre la réalité et l’idée qu’on s’en fait, je ne remets pas en question l’existence du monde réel et de ses constituants appelés « singuliers réels » (l’objet fleur par exemple) dont nous faisons l’expérience au travers de nos 5 sens.

J’essaie de voir comment se tissent les liens entre la réalité et l’idée de la réalité, entre l’objet et le nom qui l’appelle : quel est le rapport entre la fleur et le nom « fleur », quel rapport entre les singuliers réels et les universaux ?

lire la suite …

Publié dans A la Une, Ce que je n'ai pas dit | Laisser un commentaire